8 mars 2016

Saint Joseph au cœur de la tradition du Bon-Pasteur de Québec

À chaque année, du 10 au 19 mars, une neuvaine est consacrée à saint Joseph dans toutes les maisons de la Congrégation. D’où vient donc cette tradition ?

Dès 1850, la fondatrice de l’Œuvre du Bon-Pasteur, Marie-Josephte Fitzbach, forte de la spiritualité populaire de l’époque, avait recours à saint Joseph pour toutes ses difficultés d’ordre matériel. Cette dévotion s’étendit rapidement à toute la Congrégation et on fit appel à l’intervention du saint à maintes occasions, que ce soit comme source de protection, pour pourvoir au manque de ressources ou encore pour être gratifié d’une mort douce. On lui consacrait une neuvaine de temps à autre et on célébrait sa fête le 19 mars, mais jusqu’en 1904, il ne faisait l’objet d’aucune tradition particulière au Bon-Pasteur de Québec.

À l’automne 1904, une violente explosion se produisit à la buanderie St-Joseph à la suite d’une expérience ratée de rayons X tentée par Sr Marie-de-l’Immaculée-Conception aidée de M. Louis Saillant, ingénieur à la Maison-Mère. Grâce à la présence d’esprit de ce dernier et à sa véhémente invocation à saint Joseph, tous eurent la vie sauve et les lieux ne subirent aucun dommage.

Reconnaissant, M. Saillant résolut de confier la protection de la maison à saint Joseph. Il se procura une statue du saint qu’il plaça pieusement dans la cave de la maison. Dès le 10 mars suivant, on organisa la Grande Neuvaine sur les lieux même de l’explosion. La neuvaine se termina le 19 mars par la célébration de la fête de saint Joseph.

Au fil des ans, la Grande Neuvaine est devenue une tradition au Bon-Pasteur de Québec. Ainsi, à chaque année saint Joseph se voit consacrer en mars chants et prières dans toutes les maisons de la Congrégation.

> Voir les archives

© Soeurs du Bon-Pasteur de Québec, tous droits réservés / all rights reserved
Dernière mise à jour le 2 octobre 2017.